Nous vous présentons ici toutes nos productions.
Nous travaillons du grés et de la porcelaine, toutes nos céramiques, sont cuites à haute température, pour leur permettre de résister au gel en fermant la structure de la terre
Toutes nos poteries sont des pièces uniques signées

D'autres sont déjà vendues ou utilisées, ou d'une qualité insuffisante, elles sont présentées ici pour vous montrer ce que nous pouvons faire et donc, n'hésitez pas à nous contacter pour toute demande particulière.

vendredi 10 janvier 2014

Comment sommes nous devenus "potiers" ?

        Nous somme en couple depuis 1977 et nous avons toujours fait énormément de choses ensemble, à commencer par nos études à l'IUT de biologie appliquée de La Rochelle, en option Agro-alimentaire, nous n'étions pas dans la même promotion.

        A la fin de nos études et (ou ) du service militaire, nous avons tous deux , dans des entreprises différentes été responsable qualité et recherche et développement, nous savons toujours cherché à innover en respectant le produit. avant de changer de vie, en 2007 en devenant artisan charcutier traiteur

        En parallèle, comme nous sommes très complémentaire, Noëlle est plus technicienne (Electricité, Plomberie, mécanique....), Philippe plus "rêveur"  mais plus à même de réaliser les travaux de force, et pour occuper nos WE (nous ne pouvons pas rester sans rien faire), nous avons pratiqué ensemble
  • Bricolage 
  • Jardinage
  • Cuisine
  • Aquariophilie : ce:la nous a mené à fabriquer des aquariums en verre ou en résine et mat de verre, avec décors en polyuréthane, et même à créer un aquarium publique qui malheureusement n'a pas été viable économiquement
  • Motocross (avec Thomas notre fils)
  • Bonsaïs, orchidées, cactus, plantes carnivores (par ordre décroissant de nombre de plants)
       Seulement comme nos parents nous ont commandés sans l'option  "modération", nous avons de tout en trop grand nombre, surtout les bonsaïs.
       Hors les plants de bonsaïs que nous avons obtenus par semi, bouturage, prélèvement de très jeunes plants à peine levé (nous avons une carte de France avec les aires d'autoroutes sur lesquelles nous nous sommes arrêté identifiées par les espèces d'arbres présentes et "récoltable") sont vraiment très nombreux, la plupart sont encore soit en pleine terre, soit en barquettes plastique leur servant de pot,

      Notre budget étant limité, nous ne pouvions pas envisager d'investir dans quelque 3000 pots , nous avons donc décidé de les faire nous même

  • Phase 1:  essais de sculpture dans des parpaing en béton cellulaire, résultat médiocre et fragile
  • Phase 2:  (2004) Développement de deux techniques permettant de faire des pots en résine, le résultat est intéressant mais les finitions sont quasi impossibles, et le choix de couleurs et de formes limité,
    Nous avons toutefois appris à faire des moules en élastomères, qui seront bien utiles pour la suite
    Avec ces  technique , nous faisons des pots de culture très convenables, bien que la matière soit désagréable à travailler
    La réalisation de lauze , de n'importe quelle taille est possible avec l'une de ces deux techniques
  • Phase 3: (2010) le béton, la on y était presque , des pots très sympatriques, mais pas vraiment dans la tradition., et un matériau toujours désagréable à travailler
          Petit inconvénient, lié à l'utilisation de moules, la personnalisation des texture ne peux se faire qu’après démoulage, quand la matière est très dure, et quasi impossible à retravailler, sauf en lui ajoutant des éléments,
         Cette technique est parfaite pour faire des pots de culture originaux à un prix raisonnable
    toutefois, chaque forme de pot nécessite un nouveau moule, donc nous devions créer des formes, c'est la principale raison pour laquelle nous avons investi dans un tour de potier, pour faire des matrices qui nous permettraient de créer de nouvelles formes de moules élastomères pour des pots en béton.
  • Phase 4: (2013) La poterie en céramique
          Nous avions donc le tour , mais ne savions pas l'utiliser, nous avons donc fait un stage (en plusieurs fois) pour apprendre à l'utiliser.
    c'est pondant ce stage que l'idée nous est venue de cuire nos réalisations,
          Donc , nous avons construit notre four , au départ sur une brouette, pour le sortir (ha oui , c'est un four à gaz), puis en fixe dans un abris de jardin construit spécialement pour lui
         Petite précision, nous le voulions assez grand pour contenir une pièce sortie du plus grand moule en élastomère que nous possédons, car bien sur, nous n'avions pas l'intention de nous contenter du tour pour faire nos pièces
    Et voila, c'est parti........  aujourd’hui en plus de notre activité de charcutier traiteur qui nous prend entre 55 et 60 heures par semaine, nous passons nos WE (dimanche et lundi) à soigner nos plantes, notre potager et à faire des pots.
    Nous avons eu plusieurs demandes de bonsaïkas passionnés de France, de Belgique, du Royaume Uni, des Etats unis, d'Australie, etc..., aussi avons nous décidé de commencer à vendre une partie de notre production de poteries, et de bonsaïs aussi car nous en avons vraiment trop





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire